Vous êtes ici

Journal du Petit Baroudeur Déchaîné (croisière de Brest)

Portrait de Charly Bourdeverre

Vendredi 18 juin

Briefing à 8h15 sur le quai - Les bateaux répondant présent sont :

  • ISIS.
  • MONTABOR.
  • YACABA .
  • NEPHROS.

8H45 - Les bateaux quittent le port Vent NO - force 3 - beau temps gris avec risque d’averse .
Chacun tire des bords - Les voiliers se dispersent .Certains passent derrière la Banche d'autres devant .
Comme d’habitude le vent se renforce à la pointe de Castouillet .
A 17h30 - Tous les bateaux sont arrivés dans le port de la Turballe .
18h30 - BOLO est annoncé - Les Baroudeurs vont découvrir la plus grosse unité de la flotte .
19h00 - Apéro sur LA GLOBULE dans la traditionnelle bonne humeur

Samedi 19 Juin

9h00 - Déplacement à l’hôpital de Pen Bron afin de recevoir les instructions et documents.
10h30 - Chacun prend possession de ses passagers et des vivres .
12h00 - Les 144 bateaux quittent le port direction Arzal via la Vilaine .
Il fait beau et chaud .Les voiles garnissent l'horizon . Passagers et skippers font connaissance .
Passage de l’écluse dans la débandade , la bonne humeur et le stress habituel pour certains

 

20h00 -Tous les bateaux sont amarrés .Les équipages et leurs passagers se dirigent vers le lieux des festivités .
A signaler la surprise de Bolo qui s’est vu attribuer un couple de marque ??
L’amiral Le Deuff avec son épouse se sont présentés pour coucher à bord au grand étonnement des propriétaires qui  ne les attendaient pas. Le lendemain ils ont regagnés la vedette des officiels . Au repas qui a réuni plus de 1000 personnes nous avons droit aux traditionnelles sardines grillées , avec musique et danses pour certains.

Dimanche 20 Juin

8h00 - Départ des premiers bateaux pour le passage de l’écluse , puis la Vilaine et enfin La Turballe .

Beau temps - Après la pointe de Castellic et le pointage à la bouée des Bayonnelles le vent tombe il faut terminer le voyage au moteur .
Les passagers nous quittent et nous remettons les documents signalant notre retour .
Nous accueillons de nouveaux bateaux qui désirent nous accompagner à Brest.
Les trois nouveaux  Baroudeurs sont  : MARDI 21, LEAR MOR, PAPY JEAN
 
 

Régine et Claude souhaitent nous faire les honneurs de Bolo et arroser son arrivée parmi les Baroudeurs -
Enfin un bateau à la mesure des Baroudeurs car il peut les recevoir tous à l’intérieur
Les bulles rendent les coeurs joyeux et dans ce cas le temps passe vite , trop vite.

 

Lundi 21 Juin

Monthabor nous quitte pour retourner à Pornic .
Sa passagère Dominique trouve un embarquement sur la Globule.
La météo n’est pas bonne - Risque de coup de vent fort.
Devons nous aller à Port Haliguen ou à la Trinité en attendant le passage du mauvais temps ?
La Trinité est plus agréable si l’on est bloqué mais Port Haliguen nous fait gagner quelques milles pour la suite du programme.
Nous optons pour Port Haliguen car un souvenir de ‘’choses qui ne demandent qu’à pousser ’’ à la Trinité nous fait éviter ce port .
(pour de plus amples renseignements , vous adresser à l’amiral) .
En route chacun teste ses lignes de pêche .
Au large de Hoëdic nous croisons un vieux gréement

 En VHF nous avons la joie d’entendre Charlotte qui nous annonce son intention de se joindre à nous.
Vers 10h00 le vent disparaît .
Seule la risée Volvo fait avancer les bateaux ce qui permet un déjeuner en toute quiétude .
Certains en profitent pour tester une nouvelle ligne de pêche.

Vers 14h00 Éole daigne revenir et cette fois du Sud .
Nous naviguons vent de travers à 6 noeuds sur une mer calme ( ce qui me permet d’écrire ces lignes avec tous les détails )
17h00 - Tous les navires sont à quai.

19h00 -Apéro sur La Globule.
Étaient présent à bord :

  • ISIS : Daniel, Yannick et Roland
  • LA GLOBULE :  Jacques, Marie Claire et Dominique
  • NEPHROS : Jean et Charly
  • YACABA : Marc
  • CHARLOTTE : Gérard  et Georges
  • PAPY JEAN : Jean et Marie Françoise
  • MARDI 21: René et Marie Claude
  • LEAR MOR : Pierre

Total 16 personnes.
Nous  assistons ce soir là à un phénomène étrange ? ? ?
Au fur et à mesure que les invités arrivent, les bateaux "à couple" s’élèvent ce qui déclenche une nouvelle fois la gaieté dans l’assistance .
Étonnement de Jean qui ne croyait pas posséder un si grand bateau par rapport à La Globule. ( Surtout en hauteur )
Nous avons une pensée pour notre ami Philippe dont nous regrettons l’absence.
Le BMS vient troubler cette charmante réunion. Chacun donne son point de vue.
Gérard qui avait pris la météo sur Internet affirme que le matin tout serait calme et que nous avons le temps de rallier Groix avant le coup de vent . D’autres dont  une majorité plus prudents ne veulent pas prendre le risque d'affronter ce coup de chien.

Mardi 22 Juin

Le matin au réveil nous constatons un beau temps calme . ???
Quelques regrets de n’avoir pas suivit les conseils de Gérard. Maintenant c'est trop tard.
Le mauvais temps se rapproche. Les BMS se succèdent.
Le BMS 97 est remplacé par le BMS 98 car la tempête a pris du retard sur les prévisions.
15h00 La dépression arrive - Chacun surveille  météo , d'autres observent le comportement des goélands afin d'évaluer le temps à venir !!!

 
 
 

Afin que cette dépression n’atteigne pas le moral des troupes , Marie Claire a la bonne idée d'organiser une visite de la conserverie "La Belle Îloise’’ .
15 Baroudeurs prennent  la direction (aléatoire ! !) de la conserverie dont ils reviennent  pour la plupart avec des produits utiles pour le reste du voyage.
Si le voyage aller eu lieu dans la joie (l'Amiral étant chargé de faire la circulation afin de maintenir le groupe en sécurité) le retour a lieu dans la pluie et le vent fort .

Ce qui n’empêche pas les Baroudeurs de tous se retrouver à bord de Papy Jean pour un copieux apéritif où chacun peut déguster à loisir les produits de la conserverie .

L’atmosphère ambiante couvre le bruit de la pluie et du vent qui redoublent d'intensité au point que certains bateaux ont sombré sauf les Baroudeurs qui ont tous retrouvé leur bord.

 

Mercredi 23 Juin

Nuit calme à bord , mais agitée à l’extérieur .
Au matin la pluie a enfin cessée mais le vent se maintient - 30 noeuds à l’anémomètre du port.
Chacun occupe son temps . Certains bricolent dans leur moteur .
D’autres vont au marché faire des provisions ou encore du tourisme et observer la mer .

Yannick promène le chien de Néphros au grand étonnement des Anglais qui ne comprennent pas l’humour Français.

Le soir , tous les Baroudeurs sont allés manger à la crêperie du port dont la quiétude a été quelque peu troublée par le chant traditionnel des Baroudeurs et les bonnes histoires de certains bout en trains .

Gérard s’est même pris un moment pour le barman sous prétexte de prendre des photos.

Jeudi 24 Juin

Départ de Port Haliguen à 9h00 .
Au moment du départ on voit Dominique son baluchon sur le dos changer une nouvelle fois de bateau.

Elle quitte La Globule pour embarquer sur Lear Mor .
Nous regrettons que Mardi 21 et Papy Jean n'osent pas nous accompagner. Ils préfèrent attendre une accalmie , espérant nous rejoindre .
 
 

Passage de la Teignouse par le passage des 3 pierres et les Pouilloux ce qui fait gagner quelques milles .
Mer agitée à forte, houle résiduelle du coup de vent de la veille .
Vent ouest à NO - navigation au prés serré -
20 à 25 noeuds avec des pointes à 30 au sud de Groix vers la bouée Édouard de Cougy .
Arrivée à Port Tudy vers 15h00.
Les 1 ers bateaux gardent des places pour les derniers , ainsi les Baroudeurs sont tous regroupés .

Une petite visite aux curiosités de Port Tudy

 

Le vent se calme ce qui prédit une nuit de repos.
Apéritif sur Néphros pour la St Jean.
Étaient présents :
Marie Claire et Jacques, Dominique, Daniel, Jean, Gérard, Georges, Marc, Pierre, Roland, Yannick, Charly.
Cette fois c'est Néphros qui s’enfonce, par contre les verres qui ont tendance à se renverser allègent les bouteilles .
Mais l’un ne compense pas l’autre .
Le soir les Baroudeurs se retrouvent chez  ‘’TI BEUDEUFF ’’ où une fois de plus nos hardis marins trinquent au chant des Baroudeurs ( bien connu maintenant par la chorale des Baroudeurs )

Rappel pour ceux qui auraient des trous de mémoire:

Buvons un coup , buvons en deux
A  la santé des amoureux
A la santé des Baroudeurs
Ces hardis marins de valeurs
Qui n'ont jamais peur
Quand ils sont au port

( une interro. aura lieu à la prochaine assemblée générale )

Vendredi 25 Juin

Départ de Groix à 8h00
Vent nul - Le vent de cale est de nouveau nécessaire- Tant pis , on pêche .
Peu de bateaux sur l’eau , sauf les chalutiers habituels qui sont à la recherche de Philippe ???
Vers 13h00 le vent se lève, c'est alors que l'on voit  5 "spis" s'élancer dans les airs.

Une fois de plus les Baroudeurs sont là pour donner un peu de couleur au paysage ce qui confirme la célèbre chanson de Théodore Botrel

" Ho! qu’elle est belle ma Bretagne "
" Sous son ciel gris il faut la voir"

Devant Bénodet nous assistons à une régate de vieux safrans dont un Pen Duick de Tabarly.

Arrivée de la flotte à Loctudy vers 16h30 .
(P.S. l’heure d’arrivée est toujours indiquée ‘’vers ‘’car tous les bateaux n’arrivent pas en même temps .C'est une moyenne .)

Loctudy :La plaisance n'occupe qu'une place assez modeste dans cet actif port de pêche bien abrité des vents dominants dans l'entrée de la rivière dont le courant pose quelques problèmes au moment des accostages .

Dès notre arrivée , nouvelle inquiétude, on annonce un autre fort coup de vent avec pluie .
Allons nous rester bloqués une nouvelle fois ?
Sur ISIS une autre inquiétude . On manquent de provisions . Il faut aller en ville et c'est loin .
19h00 Apéro sur Léar Mor - Pierre nous fait visiter son joli bateau et découvrir son matériel de navigation (GPS couplé à l'ordinateur)
Nouvelle discussion sur un départ aléatoire pour le lendemain ? La météo sans être mauvaise n'est pas réjouissante.
Mais demain c'est un autre jour , alors buvons un coup .......(vous pouvez chanter la suite maintenant )

Samedi 26 Juin

D'un commun accord il est décidé de partir pour Audierne
Le coup de vent n'est prévu que pour le soir . Au dernier moment , nouvelle proposition de Gérard :
Vu l'heure que nous partons , si nous ne perdons pas de temps , si les conditions de visibilité son bonnes car il faut rester prudent dans les parages dangereux que nous ne connaissons pas , si tout le monde est d'accord
Nous pouvons passer le Raz de Sein ce jour ! ! ! !
D'un même enthousiasme les Baroudeurs optent pour cette solution .
Le ciel est gris , la mer est grise .
Si nous rencontrons de la pluie, nous nous mettrons à l'abri à Audierne en attendant des jours meilleurs .
Le vent est favorable mais faible et la mer est grosse . Les bateaux et les équipages sont secoués .
Pour passer le Raz il faut arriver , suivant les indications nautiques , une heure avant la pleine mer c'est à dire vers 17h00 afin d'éviter une opposition du vent et du courant qui risque de lever une mer dure .
Celle-ci est déjà formée il vaut mieux ne pas en rajouter !
Charlotte et Léar mor partis devant ont déjà disparus à l'horizon .
Néphros s'accroche pour ne pas être distancé. La Globule et Isis traînent .
Vers 15h00 décision est prise .Il faut ajouter le moteur à la propulsion des voiles si nous voulons être dans les temps.
La Globule , Néphros et Isis foncent au maximum de leurs possibilités.
Les 3 braves petits bateaux frappent l'eau de leurs étraves .
Soudain un appel radio d'Isis -'' il a du mal a suivre'' .
L'eau envahie la salle des machines , il faut pomper !

La dynamo ne charge plus -<< Si nous n'arrivons pas avant la nuit il faudra sortir la lampe à pétrole ! !>>
Charlotte et Lear mor font demi-tour et reviennent au devant des petits bateaux .
Avant le départ nous nous sommes mis d'accord pour passer le Raz tous ensemble afin de faire des photos qui resteront à jamais dans les annales des Baroudeurs.
Nous approchons du lieu fatidique .Les appareils photos sont prêts .
Tous les bateaux sont regroupés et avancent doucement pour rester à porter de vue les uns des autres.
Le ciel est gris et la mer semble un peu calmée sauf une sorte de houle non significative (suivant l'expression des météorologistes).
Soudain dans la VHF on entend :<< il faut y aller car il reste encore une longue route avant Camaret ! !>>
Alors guidés par leur GPS les Baroudeurs foncent , l'appareil photo a portée de main, les yeux fixés sur un horizon qui parait de plus en plus abstrait.

Tout devient de plus en plus gris , presque sombre ; il n'est pourtant que 17h00 et l'on a l'impression qu'il est 21h00.
Par une tache plus sombre à droite , on pense deviner la terre .

Nous réalisons à ce moment que nous sommes en plein brouillard.
Tous les autres bateaux ont disparu ? La visibilité n'est plus que de 50 mètres environ .
Maintenant c'est trop tard pour reculer .Il faut y aller ! !
Tous les équipages écarquillent les yeux pour repérer les phares , les amers et les rochers.
Mais tout est d'un gris uniforme. Nous fonçons dans l'inconnu !
Chacun cherche sa corne de brume .Sur Néphros, comme au temps des cap Horniers ,Charly sort une casserole pour taper dessus.
<< Pas celle-là , s'écrit Jean , tu vas me la cabosser ! ! >>Pendant qu'il essaie de souffler dans une corne qui fait autant de bruit qu'un pet .
Soudain Léar mor surpris , débouche devant Néphros qui ne s'attendait pas à le voir par le travers devant lui ?
Où est le fameux phare de la Vieille à partir duquel nous devons mettre le cap sur un autre objectif ? ?
Un point GPS nous dit que nous l'avons dépassé .
Il faut maintenant éviter les rochers de Tevenec qui sont devant et que l'on ne voit pas .
Nous mettons cap sur La Parquette afin de passer à proximité de la Basse du Lys .
Avec si peu de visibilité il faut prendre du large par rapport aux rochers !
Après un heure de route , le temps se dégage .La visibilité s'améliore .
Le Président annonce par radio son intention de prendre le chenal du Toulinguet qui nous fait gagner des milles .
Toute la flotte s'exécute mais tout en restant hors de vue les uns des autres , car lorsque je dis que la visibilité s'est améliorée
il ne faut pas exagérer . Un gros voilier de sport fait un tribord à Néphros qui en tremble encore de le voir déboucher de la brume.
Il reste encore 14 milles à faire avant le chenal qu'il vaut mieux si possible prendre pendant qu'il fait jour (ou presque) alors cassons la croûte pendant que tout est calme.
(en apparence seulement, car nous avançons en territoire inconnus où les pièges sont nombreux  )
Nous savons que nous avançons dans une eau inhospitalière et avec peu de visibilité .
Un oeil sur l'horizon bouché , un oeil sur le GPS et un oeil sur le casse-croûte .
Soudain devant l'étrave de Néphros surgit une montagne de rochers.

 

<< Qu'est ce que c'est ?>> s'écrit Jean , les yeux exorbités.
<< Les tas de pois >> lui répond Charly en donnant un coup de barre à droite pour s'éloigner du danger .
Puis il annonce à la VHF pour les autres Baroudeurs
<< Faites attention ! les tas de pois vous sautent à la figure !!>>
Un bloc de roches de 66 mètres de hauteur (suivant les documents ) domine l'océan .
A ce moment Léar mor comme par magie débouche devant Néphros qui s'empresse de le suivre dans une brume qui devient de plus en plus compacte
Il fait de plus en plus sombre .
De chaque côtés des bateaux , des roches noires et malveillantes émergent de l'eau dans un bouillonnement d'écume.
C'est le chenal du Toulinguet.

On met le moteur et enroulons le génois afin d'avoir le maximum de visibilité.
Devant nous un amer remarquable jaune et noir.  La Louve
Il faut s'en approcher puis obliquer à gauche (vers l'Est) pour passer dans un chenal qui se rétréci
Des vagues viennent frapper avec vacarme des roches déchiquetées aux grottes profondes .
Courageusement les petits bateaux tracent leur route vers leur destin pendant que les équipages se demandent ce qu'ils sont venus faire dans une telle région . Une pensée pour les naufrageurs d'autrefois fait froid dans le dos mais la baie des Trépassée est déjà loin. Enfin nous débouchons dans une eau plus saine - Une fois de plus le danger écarté la visibilité s'améliore . Nous longeons la pointe dont l'aplomb à pic domine la mer .
20h00 Il fait de plus en plus sombre alors que nous sommes dans les jours les plus longs . Enfin la baie de Camaret  nous apparût comme un havre de paix .Tout est calme . Devant nous la silhouette d'un grand navire de guerre au mouillage qui tire sur son ancre.
Plus en retrait une goélette gréée en vieux gréement se balance mollement.

Nous approchons enfin du but .Quelle hâte de pouvoir enfin retirer nos cirés !
Soudain un flash éclaire le paysage suivi aussitôt d'un coup de canon qui résonne sur les falaises environnantes .
<< Ils nous tirent dessus  ! ! !>> s'écrie Jean les mains crispées sur le winch .
Nous n'avons pas le temps de réfléchir qu'une trombe d'eau s'abat sur nous. L'eau ruisselle de tous côtés .
La bôme qui récupère l'eau de la voile est transformée en chêneau et une véritable cascade tombe dans le cockpit.
La visibilité est nulle .C'est à peine si l'on voit plus loin que l'avant du bateau .
Il n'y plus qu'à attendre que cela cesse et nous n'avançons qu'au ralenti .
Juste pour maintenir le cap car il n'est plus question d'approcher du port .
Nous avions retirés nos bottes et nous faisons ''floc floc'' dans nos chaussures .
Au bout d'un quart d'heure environ ,qui nous parait très long , la pluie cesse et le vent revient .
Il n'y a plus a hésiter . Il faut rapidement se mettre à l'abri .
La GV est affalée et nous fonçons vers des appontements flottants qui nous tendent les bras .
Manoeuvre rapidement effectuée .Le vent se renforce .
Néphros amarré provisoirement , l'équipage se précipite vers Lear mor qui se bat contre le vent pour accoster .
Puis les autres Baroudeurs arrivent à tour de rôle et trouvent leur place à quai aidés en cela par les premiers arrivants.

Dimanche 27 Juin

Camaret : Ce port est , depuis des siècles , orienté vers la pêche à la langouste ( que nous n'avons pas vue )
et la vieille chapelle Roc'ham adour construite en 1527 sur une langue de galets , le sillon a connu bien des combats et a vu appareiller d'imposantes flottes de voiliers pour les grandes campagnes de Terre-Neuve.

Vers 8h00, les Baroudeurs émergent de leur couchette .
Le ciel est couvert - temps brumeux mais doux - peu de vent .
Le départ est prévu vers 11h00 en fonction du courant de marée dans le Goulet .En attendant le départ certains prennent leur courage à 2 mains pour aller faire des provisions à 2 Km .D'autres font des photos du cimetière de chalutiers qui est bien triste à voir.

D'autres encore , plus oisifs , déambulent sur les pontons où la vue de la réparation à l'aide de garcettes de l'enrouleur d'Isis créé l'hilarité.

11h00 -Il fait beau et tous les Baroudeurs prennent la mer ,direction le Goulet .
C'est dimanche et de nombreux bateaux prennent la même direction que nous.

En arrivant dans le Goulet nous sommes au portant et Isis en profite pour hisser son énorme spi.
C'est pourquoi il disparaît de notre horizon après un certain temps .
Au passage nous pouvons admirer les grands bâtiments de l'École Navale et d'Ifremer.
Au large de la base militaire, proposition en VHF par Gérard ,d'un déjeuner au mouillage dans l'anse de l'Auberlac'h .
Proposition aussitôt acceptée . Arrivés sur place chacun cherche une place, soit sur un corps mort ,soit en mouillant .
Le vent s'est renforcé (20 Noeuds) et le déjeuner est quelque peu agité par un clapot qui vient frapper la coque des bateaux

Vers 15h00 départ pour Brest  ( enfin ! But du voyage )
Certains ont quelques problèmes pour larguer leur corps mort qui ne possédant pas d'anneau ont dû le prendre par dessous .
Malheureusement l'amarre ne glisse plus pour larguer .
Nous arrivons au port du Moulin Blanc en suivant le chenal de l'Elorn qui se dirige vers un haut viaduc .
Un rapide coup d'oeil nous montre qu'il n'y a pas de place à quai. Chacun cherche une place à couple des bateaux déjà à poste.
Ce soir l'apéritif est annoncé sur Charlotte afin d'accueillir notre Vice Présidente comme il se doit .
Elle remplace Georges que l'on regrette de voir partir .
L'alcool est un stimulant pour les idées (c'est bien connu) aussi nous décidons d'aller manger des moules frites chez Kersauzon .
Sur Néphros , un plat de maquereaux tous préparés est transféré sur Charlotte qui possède un frigo
et qui va les garder pour les manger le lendemain .
Le restaurant sur le port est plein de monde ( environ 150 personnes ) mais les Baroudeurs trouvent quand même une table.
Au moment où comme le veut la coutume , les Baroudeurs lévent leur verre en chantant ! !
:<< Buvons un coup .........( essaies de chanter pour voir si tu n'as pas oublié)...  Un silence se fait dans l'immense salle .
Une fois de plus les Baroudeurs se sont fait remarquer par leur discrétion !

Lundi 28 Juin

Surprise ? Le soleil nous accueille au réveil .Cela fait du bien .
Tous les Baroudeurs en profitent pour faire leurs ablutions et aussi un brin de lessive .
De nombreux sous-vêtements féminins pavoisent et décorent La Globule .
D'autres vont visiter l'Océarium.
Colette a la gentillesse de prêter sa voiture pour aller faire des emplettes .
13h00 - L'armada quitte le port de Brest en direction de Morgat
Déjà ! Il faut penser au retour et la route est longue .

Morgat : Organisé un peu comme un mouillage mais avec des pontons flottants
ce port se situe au pied de collines boisées prés d'une longue et belle plage de sable .

Beau soleil - ciel nuageux - mer plate dans la rade - bon vent 15 noeuds.
Les voiliers tirent des bords en direction du Goulet .
Après un dernier regard au port militaire le franchissement du goulet se fait rapidement .
Belle nav. d'Isis qui tire des bords à coté d'un cargo pendant que la Globule comme un lièvre file à toute allure et ouvre la route .
Quant à Lear mor il a disparu on ne sait où ?
Nous passons ensemble (cette fois) entre les cailloux du Toulinquet qui semblent encore plus agressifs sous le soleil.

Les Tas de Pois nous apparaissent cette fois dans toute leur splendeur .
La Globule suivie de Néphros les évite prudemment .

Derrière Isis et Charlotte décident courageusement de les affronter.

C'est un paysage aussi magnifique qu'impressionnant de voir ces rochers à pic plonger dans l'océan .
16h00 Vent de travers 10 Noeuds .

Tout danger écarté à condition de faire attention aux hauts fonds signalés par la balise ''le chevreau'' les bateaux font route vers Morgat .
La Nébuleuse , vieux gréement goélette surmontée d'une énorme et jolie voilure nous dépasse tranquillement.

Nous doublons le cap de la ''chèvre '' en serrant le vent.
Isis et Néphros qui pêchent sont en régate .
Lear mor qui vient d'arriver au port prévient par la voix de Dominique que le port est dangereux à cause des hauts fonds
<< il faut contourner les balises rouges>>
Néphros suivi d' Isis arrive ensuite . Jean à l'avant de Néphros guette ces fameuses bouées rouges .
Une bouée couchée ( échouée - dit Jean ,dominant la situation à la proue du bateau) inspire peu confiance à Néphros qui s'en écarte et se dirige vers les appontements.
Soudain l'on voit Néphros s'immobiliser au milieu du port , tandis qu'Isis faisant un grand tour derrière cette fameuse bouée couchée se dirige vers le fond du port . Voilà Néphros échoué au milieu du port ! ! ! Vite ! on hisse la grand voile pour faire gîter le bateau .
Rien à faire , il n'y a pas de vent .
Daniel a vu la situation . Les ordres alors fusent tandis qu'Isis fait demi-tour pour venir en aide à Néphros
<< Préparez une remorque  !! Nous allons les sortir de là ! >>
Dans une manoeuvre impeccable Isis vient se placer à l'avant de Néphros .
On jette un bout à Jean resté stoïquement derrière son balcon et Isis s'éloigne en tirant sur la remorque .
Le pauvre Jean n'a pas le temps de se baisser pour amarrer que déjà la remorque se tend et lui échappe .
Sur Isis dont le moteur fume plus que la pipe du capitaine on continue de manoeuvrer .
L'équipage s'active .On entend les ordres.
 << récupérez l'amarre ! nous allons recommencer !>>
 << lovez l'amarre ! Parer à lancer l'amarre !>>
 << lancer l'amarre ! Jean  !! amarre ! >>
Cette fois l'amarre se tend .Elle  tient . Isis tire de toute la force de son moteur .
Il talonne à son tour .Va t'il s'échouer lui aussi ?
Une fumée noire et nauséabonde obscurcit le décor .
Les spectateurs retiennent leur souffle dans l'anxiété d'un nouvel échouage.
Enfin Néphros a bougé ! Lui aussi moteur à fond s'aide du mieux qu'il peut .
Et d'un coup .........(sous les applaudissements des spectateurs) il suit Isis  Ouf ! ! !
Les 2 bateaux vont rejoindre la flottille des Baroudeurs qui assistaient le coeur battant à la scène .
21H30- Apéritif sur Isis .
Pierre est invité sur Néphros pour un gueuleton:

Maquereaux en papillotes .
Pommes en robe des champs avec son beurre salé
Fromage
Vin blanc - Vin rouge .

La soirée se prolonge avec : crêpes flambées au Rhum de St Domingue .
Attirées par l'odeur , Marie Claire et Dominique viennent en renfort pour terminer le paquet de crêpes et la bouteille de rhum .
00h00 La fête se termine car il faut se lever tôt demain .

Mardi 29 Juin

Départ de Morgat à 9H00
Beau temps - mer calme - vent nul
Il faut se faire aider de la risée Volvo .
La Globule et Néphros caracolent en tête.
Isis fait un essai de spi avec double tangon pendant une heure environ et abandonne pour manger tranquillement .
Passage du Raz de Sein sous le soleil cette fois mais en débandade.

Nous profitons d'un très beau temps pour jouir d'une magnifique vue sur la baie des Trépassés .
Au loin les côtes de l'île de Sein se détachent à l'horizon.
Un vent de 10 noeuds qui s'est levé permet à tous les bateaux de faire de la voile.
La Globule passe en tête et nous signale des dauphins, elle est suivie de Néphros rejoint par Lear mor
Arrivent ensuite Charlotte et Isis qui pêchent .
A signaler la prise d'un énorme maquereau par Isis .
Puis le vent tombe après le cap Horn Breton .
Il faut de nouveau recharger les batteries .
 -Audierne Ou plutôt : Ste Evette :Du fait de sa position proche du Raz de Sein (8 milles)
Audierne est un port d'escale toujours très fréquenté .
Les plaisanciers ayant la possibilité d'attendre le moment le plus favorable (avec la meilleure visibilité) pour franchir les courants du Raz . Le mouillage d'attente accessible à toute heure de marée se situe à Ste Evette juste à l'ouest de l'embouchure de la rivière du Goyen.
17H00 - Tous les bateaux sont accrochés à leur corps mort respectif .

Un service de rade permet aux plus courageux d'aller se dégourdir les jambes mais ne permet aucun achat par manque de commerce d'alimentation .

En fin de journée  nous profitons d'un splendide coucher de soleil sur la baie.
Une lumière rasante éclaire les 47 bateaux qui se balancent doucement en tirant sur leur bouée dans le calme et la douceur du soir .

Mercredi 30 juin

9h00- Tous les bateaux quittent  le port .
Beau temps - Peu de vent au près bon plein.
Isis et Néphros s'amusent a régater de façon plus ou moins classique jusqu'à la pointe de Penmarc'h .
Néphros fait le plein de poissons pour le repas du soir .
Après la pointe un changement de cap Isis, la Globule et Néphros hissent leur spi.
Charlotte caracole en tête avec Lear mor. Leur caractéristiques leur permet une meilleur vélocité.
Vers 17 h00 - Tous les bateaux sont amarrés à Benodet .
Benodet : Joli petit port sur la rivière de l'Odet dans l'anse de Pen Foul .
De nombreux navires à moteur pour la promenade des touristes sillonnent la rivière .
Celle-ci longue de 6 milles remonte jusqu'à Quimper .
L'accostage est quelquefois délicat dans ce port où le courant peut poser des problèmes aux skippers .
Un bateau est venu frotter la coque de la Globule avant d'aller emboutir un autre bateau .
Cette fois nous déplorons le départ de Roland qui quitte la croisière .
En partant il a la gentillesse d'emmener en voiture Daniel et Charly en ville pour faire des provisions.
-Apéritif sur Léar mor qui fête la St Pierre et qui nous annonce son départ de l'escadre pour le lendemain.
Sur Isis la soirée s'est prolongée avec des crêpes flambées à la suite de quoi les boiseries d'Isis n'avaient plus d'humidité surtout au-dessus du réchaud .

Jeudi 1er Juillet

Lorsque les Baroudeurs ont émergé de leur couchette Lear mor avait disparu .
Préparatifs de départ pour 9H00 .
Tous les moteurs tournent sauf celui d'Isis . Daniel plonge une nouvelle fois dans la salle des machines .
9H45 - Tous les bateaux quittent Benodet . Mer calme - vent faible par le travers . Charlotte part devant .
Passée la pointe de Trévignon , Isis hisse le spi et file rejoindre Charlotte au large de Groix pendant que La Globule et Néphros qui naviguent côte à côte restent derrière .
Plus on approche de Lorient plus la mer s'agite et le vent monte .15 noeuds - 20 noeuds dans la rade de Lorient .
La circulation est toujours aussi dense avec les gros ferry-boats qui font la navette avec port Tudy .
Si l'on ajoute les chalutiers et les bateaux de plaisance , on voit que le chenal est bien encombré.
Vers 17h00 Les quatre bateaux survivants de la croisière sont amarrés à Port Louis avec un vent qui ne perd pas d'intensité, au contraire .
Port Louis - Petit port à flot abrité des vents dominants par la haute citadelle .
Les commerces sont à proximité et nous nous promettons de revenir à la prochaine occasion.
Peu de place pour les bateaux de passage.
Les Baroudeurs et 2 Anglais sont les seuls visiteurs.

La capitainerie nous a confié la clé des douches .
La serrure des sanitaires est très déficiente. Risque d'être bloqué à l'intérieur. Pour cela une précaution à prendre .
En même temps que la clé il faut se munir de la VHF portable de Yannick .
Celui-ci reste en veille pendant tout le temps d'utilisation des douches .
C'est la première fois que les Baroudeurs se douchent avec la VHF dans une main et le savon dans l'autre car comme le veilleur s'ennuie , il vous demande'' comment ça va'' au moment où vous êtes couvert de savon .
Si vous ne répondez pas dans les minutes qui suivent il arrive en courant et ouvre la porte !
Apéritif sur Charlotte qui nous fait part de son intention de nous quitter pour passer la Teignouse .
Dehors le vent ne se calme pas .
La météo n'est pas bonne pour le lendemain - Vents forts de NO 6 à 7 avec rafales - mer agitée à forte -
Pluies éparses - Peu de visibilité sous les averses . Allons nous rester bloqués une fois de plus ?
Les Baroudeurs se couchent se soir là avec un air résigné . Ce sera peut-être l'occasion d'aller visiter la citadelle ?

Vendredi 2 Juillet

Après une nuit avec le bruit de la pluie et du vent, réveil de bonne heure pour la météo.
Vent 4 à 5 de NO avec rafales .Pluies éparses. Mer agitée .
Après un rapide Briefing nous décidons de partir à 8h00 car nous serons au portant .
Un rapide ''au revoir'' à Charlotte qui ne peut pas aller Belle Île en lui promettant de lui dire comment est la mer lorsque nous serons au large .
Le départ a lieu à 8h30 avec un ris dans la GV . Dès la sortie du port les creux apparaissent , de plus en plus creux .
Plus nous quittons l'abri de Groix plus la houle devient forte 1,5 mètre- 2 mètres - 2,5 mètres
Certaines vagues atteignent 3 mètres et déferlent . Les bateaux reçoivent cette houle par le travers ce qui ne ralenti pas leur progression. L'allure est rapide - 6 -7 noeuds Le vent de travers est de 20 à 25 noeuds .
Les barreurs doivent se concentrer sur leur cap, sauf Néphros coincé entre La globule et Isis qui s'amuse à venir à quelques mètres pour les taquiner .
Il faut dire qu'étant le seul a avoir gardé tout son génois il prend par moment une drôle d'allure .
C'est une vision magnifique que de voir les 3 Baroudeurs plongeant dans le creux de la houle pour se retrouver dans la seconde suivante au sommet d'une immense vague.
Par moment la houle déferle avec le bruit d'une énorme cascade que l'on entend malgré le bruit du vent.
Cette fois nos Baroudeurs ont battus un record ( dans leur catégorie )
Lorient ---> Le Palais : vitesse moyenne 6,5 noeuds .
En arrivant à Le Palais , le port nous prévient que nous ne pouvons pas entrer . Il faut attendre la sortie du ''courrier ''
A 14 H00 Les trois Baroudeurs sont dans l'avant port , amarrés à couple sur une bouée , serrés les uns contre les autres et se balancent au rythme des rafales de vent qui souffle encore à 20 noeuds dans le port .
16H30 - Ouverture de l'écluse . Les Baroudeurs cherchent une place dans le vieux port dans lequel ils sont dispersés.
19H00 Apéritif sur La Globule . Comme je le répète - C'est l'apéritif qui donne des idées .
Pour la dernière soirée de la croisière nous mangerons tous ensemble . Cette proposition est acceptée à l'unanimité .
Pour Néphros qui a commencé la cuisine du dîner , Charly va chercher ce qu'il a préparé et que nous partagerons: les pommes de terre sautées - le confit - la bouteille de Bordeaux . Les autres vont acheter des pizzas .
Le dessert offert par la Présidence est arrosé de ''jaja'' offert par Jean . Il faut se coucher tôt , quel dommage! Car le lendemain le réveil a lieu en fonction de l'ouverture des portes qui a lieu de 6h00 à 7H15   .

Samedi 3 Juillet

La Globule et Néphros sortent du vieux port pour aller s'amarrer à un chalutier . 1/2 heure plus tard il sont rejoints par Isis .
Petit déjeuner tranquille et préparation de la dernière traversée qui va nous ramener vers notre port d'attache(s):
Belle Île --->Pornic
Vers 7h30 les 3 voiliers s'élancent . Il fait beau - Peu de vent .Puis vent arrière 5 à 10 noeuds.
Néphros fait un essaie de spi mais une 1/2 heure plus tard ,un départ au lof avec la houle lui fait plier son pavois .
Prudents , La Globule et Isis tangonnent leur génois imités peu après par Néphros.
Les creux ne faiblissant pas, le déjeuner se fait avec un casse-croûte préparé à la hâte.
Au large du Four , la Globule met le spi suivi par Isis et Néphros .
Après la pointe St Gildas le vent disparaît .Il faut terminer au moteur .
Arrivés à Pornic vers 18h00 nous sommes accueillis par Ancolie friand des premières impressions des nos courageux Baroudeurs qui comme Ulisse resteront à jamais marqués par cette Odyssée .

Nombre de milles parcourus dans cette croisière: environ 420.

 

Gallerie: