Vous êtes ici

Croisière de la Vilaine Septembre 2005

Portrait de Bruno Cortial

Se sont présentés sur la ligne de départ le jeudi 1er septembre:

AR BOULIG    armement    Jacques - Marie Claire
ISIS           " "       Daniel - Yannick
TIWY           " "       Philippe - Marc
LEAR MOR       " "       Pierre
NEPHROS        " "       Jean - Charly

Jeudi 1er - Prévision de croisière à l'origine : Pornic ---->  Piriac.      Après le départ:  Pornic -->  La Turballe
Vent NO    Force 2   - Après la pointe St Gildas -

LEAR MOR s'écarte vers l'ouest et sort le spi
ISIS passe au milieu des cargos au mouillage , prend 6 maquereaux et sort le spi
TIWY passe derrière le Turc et sort son spi
AR BOULIG et NEPHROS naviguent de concert et longent la côte

Au large de la Baule nous avons eu la joie de pouvoir converser avec Ancolie qui revenait d'une croisière dans le golfe et qui a salué gentiment les Baroudeurs un à un .
17HOO Tous les Baroudeurs sont amarrés à la Turballe . Le "briefing apéro" a lieu sur Ar Boulig .

 

Vendredi 2 - Départ 9H00 - Force 3 .Les bateaux font du près puis du près serré après la pointe de Castellic .

Il faut se presser car l'écluse ouvre à 14H00 et la prochaine seulement à 20H00. La marée est basse et les grands tirants d'eau dérangent les crabes .

12H00 - Les bateaux entrent dans la Vilaine - 13H30 Les Baroudeurs sont amarrés sur le corps mort d'attente pour passer l'écluse .

14H30 Passage de l'écluse - 16H00 Arrivée à La Roche Bernard - AR BOULIG arrivé le premier trouve une place au ponton d'accueil.
Les autres se tassent comme ils peuvent dans le vieux port à couple "d'un bateau restaurant ".
Vers 17h00 Jany est venue embarquer sur Néphros

Samedi 3 - La Roche Bernard ---> Redon
 Départ 10h00 - ISIS a des problèmes de démarrage de moteur -

Une épingle à linge bleue tenant le fil rouge fait mauvais contact. Qu'a cela ne tienne ! Daniel a vite détecter la panne et le moteur tourne de nouveau
Arrêt à Cran pour casser la croûte et surtout en attendant l'ouverture du pont qui n'a lieu qu'à 14h30 .
Avant l'arrivée à Redon nous avons longé un concours international de pèche à la ligne - Sur 3,9 Km , 420 pécheurs s'affrontaient .
(Voir les photos sur le site car il est impossible de les mettre toutes ici ).
Arrivé à Redon à 16h00 - Toute la journée une chaleur écrasante assomma les Baroudeurs qui sont plus habitués à l'air du large .
Le soir,  apéro sur Néphros .
Il faut signaler le canular de Jean qui a profité de sa venue à Redon pour acquérir un nouveau nez en prévision de l'hiver.............................
Car qui n'a pas chez lui un nez d'Redon ? Dimanche 4 - Après une nuit bruyante à cause de la circulation sur la route toute proche , le départ à lieu à 11h00 pour une arrivée à Rieux à 12h00.

19h00 -Isis qui offre l'apéro se rend au barbecue pour les préparatifs et chacun apporte son nécessaire -
19h30 -Après une corvée de bois mort, le barbecue fume déjà quand soudain, à l'horizon sur la rivière parait MONTABOR.
Celui-ci en contact avec AR BOULIG avait prévu de nous rejoindre et à l'odeur des grillades forçait l'allure .

 

C'est alors que le chant des Baroudeurs résonna dans tout le camping .(Pour ceux qui ne s'en souviennent plus )

Refrain     Buvons uns coup , buvons en deux
                 A la santé des amoureux
                 A la santé des  Baroudeurs
                 Ces hardis marins de valeur , qui n'ont jamais peur , quand ils sont au port .

Couplet    On peut les voir , dans tous les ports , de Brest à Groix ou à Rochefort  ( bis)
                 Se réunir sur leurs bateaux , et prenant leur verre à la main chanter en cœur ce gai refrain .

Refrain    Buvons un coup ........................................

20H00 - L'apèro coule à flot. Chacun s'affaire suivant ses affinités.
Corvée de bois mort pour certains, dégustation du punch pour d'autres, surveillance de la cuisson, ect ...........................
Même certains plaisanciers de passage ont été mis à contribution pour la fourniture de chaises.

Charly propose au dessert une vieille bouteille poussiéreuse dont il ignore l'origine et demande un volontaire pour goûter .Personne ne se précipite. Pierre armé de son tire bouchon et qui vient de l'ouvrir déclare à l'odeur "c'est du White spirite dans une bouteille d'eau de javel". Charly qui l'avait apportée se voit obligé de goûter le 1er . A son visage tout le monde tend son verre. En une demi-heure la bouteille est vide.

Ce soir là, le soleil se coucha très tôt . Au point que l'on ne voit plus le marnage dans les verres. Il faut se résoudre à lever le camp. C'est alors que les Baroudeurs constatent un étrange phénomène géologique. La pente douce vers la rivière s'était transformée en une véritable pente de toboggan ? Au point que certains Baroudeurs sont obligés de tirer des bords pour regagner leur bateau surtout qu'en plus le sol aurait même tendance à bouger ? ? ?

Arrivés enfin au ponton , Pierre propose une tisane du Baroudeur pour ceux qui voudraient se remettre de leurs émotions .Il est prouvé et démontré que cette tisane d'hygiène buccodentaire a protégé les Baroudeurs de bien des caries , car jamais un Baroudeur bien soigné n'a eu mal aux dents pendant une croisière .
La nuit fut calme et reposante sur cette jolie rivière qui garde tout son secret et ses mystères .

Lundi 5 - Départ à 10h30 direction Arzal. -Arrêt à Cran en attente de l'ouverture du pont - Arrêt à Foleux pour le déjeuner, sauf pour Tiwy qui pressé de retrouver son équipier continue sa route.
En passant à La Roche Bernard, Nephros débarque Jany et Isis en profite pour faire quelques provisions et titiller l'arrière d'un Anglais .
17H00- Tous les Baroudeurs ont trouvé une place à Arzal .
19H00 Apéro/ Briefing sur TIWY

A noter que ce soir là , Pierre de retour sur son bateau a surpris une jolie souris clandestine. Ce voyant découverte celle-ci plongea à l'intérieur.
Mais Pierre en navigateur solitaire l'a remise gentiment sur le ponton d'où certainement elle a trouvé un nouvel embarquement.
Elle était pourtant mignonne avec ses grandes oreilles et sa longue queue .

Mardi 6 - La principale interrogation de ce jour est : Aurons- nous assez d'eau dans la Vilaine ? Marée basse à 12h30 .Coef. 86.
L'éclusage est prévu à 11h00 . Les grands tirants d'eau sont inquiets .

11h00 -Tous les Baroudeurs tournent en ronds devant l'écluse -
11h15 - L'écluse n'ouvre toujours pas ! Et l'eau continue de descendre dans la Vilaine
11h30 - La porte s'ouvre ! ! ! (enfin) pour laisser passer les bateaux qui remontent vers l'amont ? .Puis le feu passe au vert.
Ouf ! ! Tous les bateaux, 18 au total, se ruent dans l'écluse sous les invectives de l'éclusier toujours aussi aimable.
12h00 - Les bateaux descendent la rivière. Les skippers ont un oeil sur les bouées et un autre sur le sondeur indiquant que le fond n'est pas loin.
De nombreuses quilles ont laissée leur empreinte dans la vase mais tous ont regagné la haute mer sans dommage .

Un force 4 au près bon plein pousse les Baroudeurs vers leur objectif : Hoëdic. 16h30  les Baroudeurs sont amarrés sur le coffre .
Montabor arrive peu à prés .Isis et Ar Boulig gonflent les annexes pour aller se dégourdir les jambes .
La soirée fut calme sous un ciel magnifique et la nuit reposante .

Mercredi 7 - 9h00 Tous les Baroudeurs sont sur le départ ou presque. C'est alors que Ar Boulig décide de prolonger son séjour afin de profiter de la belle journée qui se prépare. Il est nécessaire d'utiliser la risée Volvo une bonne partie de la journée car celle d'Éole est absente .Enfin une arrivée au spi à Pornic a pu être réalisée afin de terminer en beauté cette sympathique croisière qui apporta son lot traditionnel de joies et d'émotions.

Que cela va être long d'attendre jusqu'à l'année prochaine pour de nouvelles aventures ! ! ! ! !

Gallerie: